JiveX est une vieille connaissance au complexe hospitalier See-Spital : depuis de nombreuses années déjà, les Suisses utilisent le système pour gérer et archiver les données non-DICOM de cardiologie et les données échographiques. Dans le cadre de l’introduction du dossier patient informatisé (DPI) en Suisse, la direction a émis le souhait de numériser, de consolider et d’adapter aux exigences du DPI toutes les données médicales. Une mission évidente pour JiveX Healthcare Content Management (HCM).  

Pour définir les processus à traiter et l’approche à adopter pour répondre aux exigences avec JiveX, la société Logicare AG, partenaire de VISUS en Suisse, a d’abord réalisé une analyse. Résultat : sur les 800 appareils médicaux environ, 46 doivent faire l’objet d’une numérisation. Les autres étapes sont l’incorporation du PACS de radiologie, l’intégration des données médicales générées dans le système HIS, ainsi que la mise en œuvre du processus de numérisation. Adrian Weilenmann, ingénieur en solutions informatiques chez Logicare, explique : « Nous avons établi une feuille de route qui comporte plusieurs sous-projets et s’étend sur trois ans. Nous nous sommes d’abord concentrés sur la création des bases pour l’utilisation du HCM ». En clair, cela signifie que la première étape consiste à connecter toutes les modalités nécessaires. Les systèmes JiveX Analog Modality Gateway (AMG) et JiveX PDF Print Gateway sont utilisés à cette fin. Il s’agit d’établir des listes de travail et d’introduire le HCM-Viewer.

Une nouveauté absolue : les métadonnées comme structure de classement

La mise en œuvre de la stratégie HCM, qu’amorce actuellement le See-Spital, entraîne de profonds changements. Une grande partie de l’analyse réalisée par Logicare a consisté à élaborer un plan de classement approprié. L’un des avantages majeurs de JiveX HCM est bien de permettre l’affichage des données médicales en fonction des patients ou des cas, et la représentation numérique des plans de classement. Adrian Weilenmann, Christian Madoery, directeur financier et responsable informatique, ainsi que Hanspeter Erzinger-Manea, coordinateur informatique du See-Spital, ont finalement choisir de franchir une étape courageuse et décisive : les métadonnées de l’IHE Suisse doivent à l’avenir servir de plan de classement pour le DPI. « Le set de métadonnées a été publié par l’Office fédéral de la santé en Suisse et a un caractère obligatoire pour les hôpitaux. Il comprend 13 attributs de structuration des données médicales qui doivent figurer dans chaque document qui arrive dans le DPI. Dans ce contexte, il nous a paru logique de reprendre le set de métadonnées comme structure de classement. Nous évitons ainsi les structures dupliquées et nous jouons la carte de la sécurité sur le plan de la loi », explique Adrian Weilenmann.

Parmi les attributs du set de métadonnées, on trouvera, par exemple, le rôle de l’auteur, la spécialisation médicale de l’auteur, le format, le niveau de confidentialité ou le type d’établissement de santé. L’obligation de respecter ce set de métadonnées doit garantir que les informations médicales peuvent effectivement être échangées facilement entre les établissements et aussi transférées dans la structure correspondante des établissements de santé concernés.
Avec JiveX Healthcare Content Management, la mise en œuvre de cette structure d’enregistrement ne pose aucun problème. Car JiveX permet d’adapter facilement, comme chacun sait, les profils IHE et il existe naturellement un profil correspondant pour le set de données avec IHE-SVS. Outre le profil IHE-SVS, le profil IHE-XDS, qui permet de gérer les paramètres nécessaires pour l’échange et la réception de données, est également utilisé.

Tout, en un coup d’œil

« Outre la mise en œuvre des profils IHE, la visualisation a joué un rôle important pour nous. Car notre objectif consistait non seulement à archiver toutes les données de manière homogène, mais aussi à les exploiter de manière homogène dans la pratique quotidienne. Cela signifie, par exemple, que nous voulons aussi mettre à disposition pour l’observation, via une visionneuse, les données du serveur PACS externe qui s’exécutent dans JiveX. La visionneuse HCM satisfait simultanément toutes les exigences : elle est compatible MPG, peut afficher des données médicales indépendamment de leur format, permet de représenter la structure d’enregistrement et fournit de remarquables options de filtre », explique le See-Spital. Les utilisateurs devront encore patienter un certain temps avant de pouvoir profiter de l’éventail complet de fonctionnalités. Mais les réactions des usagers sont déjà extrêmement positives : « Les jeunes médecins, notamment, ont hâte de pouvoir recevoir toutes les données via JiveX. Pour eux, ce n’est pas tant la satisfaction des normes DPI qui importe, mais le confort dans leur travail quotidien. Avec JiveX toutes les données sont disponibles en un coup d’œil, à tout moment et en tout lieu. Les processus sont plus sûrs et plus rapides », confie Adrian Weilenmann, qui met l’accent sur le soutien optimal pour le DPI, mais souligne également les nombreux avantages pour les processus quotidiens.

See Spital Logo
Le complexe hospitalier See-Spital est établi à Horgen et Kilchberg, mais son réseau s’étend au-delà des frontières du canton, et il est équipé aussi bien pour les urgences graves que pour les traitements ambulatoires et stationnaires. Ses services de première qualité s’adressent aux patients avec assurance de base et aux patients avec assurance complémentaire. Le See-Spital du site de Horgen est le centre des soins de base régionaux et comprend des services majeurs comme les urgences, les soins intensifs, la médecine interne, la gériatrie aiguë, la chirurgie, la gynécologie et l’obstétrique. La prise en charge de l’ensemble de l’informatique du complexe hospitalier See-Spital est assurée par Logicare AG et Hanspeter Erzinger-Manea, coordinateur informatique sur le site de Kilchberg, joue un rôle d’interface entre l’informatique et l’hôpital.